deuil

Le deuil. Cette étape si difficile et douloureuse, à laquelle nous sommes tous confrontés un jour. Il faut lui reconnaître cette formidable faculté à vous faire littéralement dérouiller. Lorsque la douleur de la mort d'un tiers s'empare de vous, on a l'impression qu'on ne s'en sortira jamais, qu'on ne s'en remettra jamais. 

Cependant, pour faire des deuils, il n'est pas obligatoire que la mort d'un être ait eu lieu. Le deuil fait partie de la vie et a bien des formes, la perte d'un être cher n'implique pas forcément son décès, mais le deuil lui, doit pourtant bel et bien se faire. Mais ici, il sera question du décès.

La mort fait partie de la vie. Si pour beaucoup elle n'a aucun sens, pour moi elle en a un, puisque je crois en la réincarnation. La mort est donc, pour moi, une étape dans notre évolution spirituelle. Je ne parlerai pas ici d'injustice face aux circonstances d'un décès, car ce n'est pas le sujet, mais, pour faire court : La mort par définition, n'est pas injuste mais fait partie d'un processus. La notion d'injustice arrive potentiellement avec les circonstances de cette dernière.

Lorsqu'un être cher meurt, c'est le monde qui s'écroule. C'est une sorte de tout qui prend fin. Une vie qui ne sera plus jamais la même. Et c'est effectivement le cas, dans les faits. Lorsqu'une personne s'en va, les choses sont différentes, forcément. Cette absence, ce changement sont douloureux à accepter, mais il doivent pourtant l'être.

Mes propos vont peut être vous choquer, mais il ne faut pas l'être car il n'y a rien de négatif dedans. Parfois les mots semblent négatifs à cause d'une notion erronée et trop répandue de ceux-ci. J'en arrive donc au mot qui fâche et qui ne devrait, ici, pas fâcher : L'égoïsme. Il ne s'agit pas ici de cruauté ou de méchanceté dans l'égoïsme, pas du tout. Il s'agit juste d'amour. On aime, alors on ne veut pas perdre l'être aimé, on veut le garder avec nous, c'est tout. C'est tout à fait compréhensible. Je suis toujours désolée et triste lorsqu'on me contacte pour un deuil qui doit se faire. Je comprends et compatis, parce que j'ai connu ça moi aussi, ce n'est pas parce que j'écris sur ce blog et explique des choses sur la mort et autres sujets, que je suis différente des autres. Moi aussi, j'ai pleuré beaucoup pour des êtres qui sont partis.
Lorsque je dis qu'il s'agit d'égoïsme, et j'insiste, pas dans le sens moche du terme, c'est parce que le deuil est tourné vers nous. Nous pleurons. Nous sommes tristes. Nous voulons être rassurés, parce que nous sommes inquiets. Oui, nous pensons tendrement à l'être disparu. Mais par nous. Toujours. Ce qui ne veut absolument pas dire qu'on ne pense pas à l'autre véritablement et sincèrement, bien sûr que notre inquiétude est sincère, elle l'est toujours, ça tombe sous le sens.

C'est tout ça, qui fait que le deuil est une torture. La non acceptation de la mort comment étant un processus naturel faisant partie d'un tout. C'est ce qui engendre tout le reste, la douleur atroce, les larmes, le fait de vouloir rappeler l'autre par le biais du spiritisme, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose. Pour une raison simple : Un être vivant peut mourir de chagrin. La séance de spiritisme devient alors utile, afin d'être rassuré, soulagé, et de pouvoir démarer un deuil de façon plus supportable.

C'est pour ça que je ne ne suis pas contre le fait de pratiquer des séances de spiritisme, y compris l'écriture automatique. L'écriture automatique, c'est le défunt qui est demandeur et répondre est utile car parfois, les esprits demandent de l'aide par ce biais, leurs fermer la porte et leur refuser cette aide, n'est, à mon sens, pas acceptable. Je suis clairaudiente, il est rare que j'écrive avec des défunts, puisque je les entends, mais parfois, certains peuvent vouloir écrire. Le spiritisme avec une planche Oui-Ja, c'est nous qui appelons et j'insiste sur le fait de ne pas abuser des séances, et SURTOUT, de le faire correctement. Je lis des photos du défunt aussi pour voir comment il se sent et rassurer ceux qui restent. Je pense que les deuils doivent être fait, et que les défunts peuvent parfois aider. Je ne considère pas avoir le droit de freiner le court des choses, leurs évolutions, cette évolution se faisant dans l'astral, donc j'insiste, ne les appelez que pour des raisons valables, parce que le temps qu'ils nous consacrent, ils ne le consacrent pas à travailler leurs spiritualité, qui à désormais la place première. 

Il est important, également, de travailler sur notre notion de la mort, pour finir par l'accepter comme faisant partie de la vie, ce qui atténuera grandement les douleurs. C'est un travail très long..... Je ne l'ai d'ailleurs pas fini. Est-ce que j'arriverais à le terminer dans cette vie ? Je ne peux pas répondre à ça.

 

UNE VIE SAINE ET COMBLEE AVEC LA SPIRITUALITE, C'EST ICI!!!

MAIL: propheteshalom1993@gmail.com

WEB: www.forceocculte.com

TEL: 00229 96 07 79 71