la peur

La peur. Ce sentiment si courant, que nous ressentons tous, à un moment où à un autre, dans n'importe quelle période de la vie. Ce sentiment qui paralyse, ou donne des ailes. Cet obstacle à la réalisation. A la réalisation de soi. A la réalisation de tout. Ce sentiment si négatif pour beaucoup, et qui peut aussi nous sauver.

On dit que la peur est un sentiment fort, et c'est le cas. Elle a plusieurs variantes et intensités. Il y a la peur liée au causes extérieures (la peur d'un esprit, d'une personne de chair et de sang, d'un bruit aussi), la peur liée et aux causes internes, psychologiques (le manque de confiance en nous, par exemple). La peur peut être présente pour des raisons culturelles, aussi, ou liée à l'éducation. Parce qu'on nous aura enseigné à avoir peur de quelqu'un ou quelque chose. Nous seront donc d'accord : Peu importe ses variantes, elle garde quand même pour origine, selon moi en tout cas, les causes extérieures. Je veux dire par là, un manque de confiance en nous est généralement généré par le fait qu'on nous ait dit, entre autres, être incapable de quelque chose. Ça peut paraître anodin, mais ça peut créer des peurs véritables sur le long terme. Je ne vais pas affirmer que c'est toujours le cas, mais ça l'est tout de même les trois quart du temps.
La peur n'est pas que négative, elle a aussi pour but de nous garder en vie, de nous maintenir dans un état de vigilance, de provoquer certaines réactions ayant pour but de nous sauver, d'où le fait de parler d'instinct de survie lorsqu'on évoque le sentiment de peur. 
Un exemple, assez bête : Avoir peur d'une ruelle très sombre, à 2 heures du matin (et même avant), dans un quartier où même les CRS refusent d'aller, c'est justifié. Je pense qu'en l'écoutant et en faisant un détour, on s'évite bien des catastrophes. 
La peur est un sentiment aussi néfaste qu'il est utile. Il est tantôt à écouter et tantôt à mettre en sourdine. D'où l'importance de s'analyser, afin de lutter contre les peurs qui sont néfastes pour nous.

C'est un sujet que je connais bien, pour avoir moi aussi ressenti la peur, tellement de fois, et même encore maintenant. La peur est un sentiment humain, qui, si on l'écoute trop, peut devenir une véritable montagne que nous serons incapables de franchir. Et même si elle peut aussi nous sauver, dans le concret, elle n'est pas forcément toujours à écouter non plus. Souvent, la raison et la logique peuvent anéantir la peur, et permettent de se sortir d'une situation qui est ou nous semble inconfortable, pour finalement réaliser que le danger n'existait pas. Sauf dans le cas de peurs extrêmes, ou la réflexion ne se fait plus et l’instinct de survie prend le dessus, peu importe l'allure qu'il prendra (courir, rester figé, s'évanouir), la solution finale à atteindre sera toujours la fuite, l'échappatoire. On retrouve ça aussi, ce fonctionnement, dans les peurs "moindres" si je peux m'exprimer ainsi. Parfois, les gens préfèrent la fuite de la réalité, des choses, plutôt que d'affronter et de régler les problèmes.
Pourtant, je pense que certaines peurs sont une sorte de défi. Je parle ici de celles qui sont liées à nous, à notre psychologie, et qui, les trois quart du temps, comme je l'ai dit plus haut, ont une cause externe. J'aime, en tout cas personnellement, les voir comme ça. La peur, dans ces cas là, est une source à creuser, quelque chose qui doit être réfléchi. Elle est à affronter. En réfléchissant à la peur, en s'y heurtant, on trouve des réponses. Et en trouvant ces réponses, il est plus facile de lui faire face et permet bon nombre de compréhensions. Bien entendu, ce n'est jamais facile, me direz vous. Et je vous répondrais que si quelque chose l'était dans la vie, ça se saurait. Il n'est pas question pour moi de faire la méchante trop dure à cuire. Je parle sur ce blog de choses qui ne sont que la réalité, et la réalité n'est pas une petite chose toute rose pailletée baignant dans du coton. La peur est quelque chose qui est réellement à combattre sous peine d'en supporter les conséquences. Loin d'être toutes minimes : Elle peut vraiment gâcher votre vie.

La peur : En ésotérisme.

Je vais prendre un cas très parlant, le spiritisme. 

C'est ici, en tout cas je le pense, la peur de l'inconnu. La peur de l'invisible.

Plus la peur sera intense, plus vous ferez la joie de nos compagnons décharnés à l'esprit quelque peu tordu. Lorsque nous avons peur, nous dégageons une énergie qui est un vrai nectar pour ces vilaines personnes mal intentionnées. Et c'est valable chez les vivants quand vous regardez bien. Qui va t-on s'amuser à terroriser le plus ? Ceux qui ont déjà peur, où sont susceptibles d'avoir peur. Parce que la peur, c'est la domination. C'est le pouvoir. C'est le contrôle des autres. Ça provoque du plaisir et ça donne de la force.
Je vais vous donner une image, un peu bête, juste pour que vous visualisiez la chose. 
Lorsque vous avez très chaud, et vous sortez au froid. Il y a de la vapeur qui s'échappe de vous, et nous pouvons la voir, vous voyez donc de quoi je parle. Et bien nous dirons (mais vraiment pour imager hein, soyez cools avec moi sur ce coup là) que cette vapeur, c'est cette énergie que vous dégagez lorsque vous avez peur. Ensuite, vous connaissez Harry Potter, j'imagine (Là aussi, soyez cools avec moi). J.K Rowling a créé Les Détraqueurs dans ses romans comme étant des personnalisation de la dépression, elle a créé ces êtres pour mettre en image ce qu'elle avait éprouvé, dans sa vie. C'est une image tout simplement fantastique. Ce sont des êtres qui vous aspirent toute joie et tout beaux sentiments, c'est une forme de nourriture pour eux, jusqu'à vous plonger dans la noirceur la plus profonde. C'est là que vient mon image : Les esprits mal intentionnés sont comme ces détraqueurs. Ils sont là, sentent cette énergie se dégager de vous, et ils l'aspirent, ils la pompent, parce qu'ils en ont besoin pour agir. Plus vous aurez peur, plus ils vont en pomper, plus ils s'en serviront derrière pour vous terroriser. Veuillez m'excuser cette dernière image Potterienne (être fan n'empêche pas d'avoir les pieds sur terre), mais j'ai pensé qu'une visualisation simple aiderait à expliquer le phénomène.
C'est pour ça que non, on ne fait jamais de séance de spiritisme en ayant peur. Parce que sinon, vous devenez un merveilleux terrain de jeux. Et c'est là que les séances se passent mal. Elles se passent mal parce qu'ils vont se mettre à cogner dans les meubles et les murs, voire à bouger des objets. Et la panique se faisant, vous ne clôturez pas, et même ne chassez pas l'esprit. Vous ne clôturez pas parce que la peur, lorsqu'elle est poussée à son paroxysme, empêche toute réflexion, elle ne se fait plus. D'où l'importance de la présence du médium compétent (oui, j'insiste lourdement là dessus), qui lui, saura garder son calme et faire le nécessaire. D'ailleurs, en toute sincérité, si il est vraiment compétent, il n'acceptera jamais de faire une séance avec des gens qui sentent la peur à 40 kilomètres à la ronde.
Alors qu'une séance où vous êtes tranquilles, calmes et respectueux. Capables d'y mettre fin, toujours dans le calme et le contrôle de soi. Avec quoi voulez vous qu'ils se "nourrissent" et vous fassent peur, si vous ne leurs donnez rien et êtes prêts, ne ressentez pas de peur ?  Si leurs but est de s'amuser, et que vous n'êtes pas drôles (oui, pour eux c'est un peu ça, en fait), ils se passe quoi ? Rien. Tout simplement.

Je vais vous donner une solution très simple. Ça s’acquiert avec le temps parce qu'au début on a peur évidemment. Moi aussi d'ailleurs j'ai eu peur, on est tous passés par là. Lorsqu'ils viennent chez vous et essaient de vous faire peur véritablement, que vous sentez que c'est leurs seul but, ignorez les. Tout simplement, comme nous ignorez quelqu'un de désagréable dans la rue, ou même sur internet. Voyant qu'ils n'ont pas ce qu'ils veulent, ils s'en vont, les trois quart du temps. Sinon, ils vous faudra les faire partir, bien évidemment. Et ça, je vous l'assure avec des années d'expérience. Si ils ne partent pas, c'est que vous leurs donnez parfois forcément quelque chose, et bien souvent, il ne s'agit que de votre attention, avec, bien planqué en vilaine petite sournoise qu'elle est, la bonne vieille petite angoisse, ou une peur panique que vous ne parvenez pas à dissimuler. Et ça leurs suffit.
En toute sincérité, la non connaissance est la véritable source de ces séances qui se passent mal. Car si on étudie le monde des esprits, si on parle avec des gens compétents, si on lit les écrits de gens compétents, il se passe une chose : On apprend. L'inconnu devient alors le connu. Et quelqu'un qui a appris suffisamment, ne fait pas de séance de spiritisme la peur au ventre. Tout simplement.
Si vous n'arrivez pas à ignorer les esprits au début parce qu'ils vous font trop peur, c'est normal. Et ce n'est pas grave, surtout. Vous pouvez utiliser diverses choses pour protéger votre maison et donc vous même, le temps de vous habituer à tout ça, de travailler sur vous pour parvenir à ne plus les craindre. Vivre dans la peur n'est pas une bonne chose, on avance pas comme ça. 

La peur n'a pas sa place dans les autres pratiques ésotériques non plus. Une entité que vous appelez la peur au ventre, peut ne pas apprécier la démarche. Soit elle ne se déplacera pas, soit elle viendra vous signifier "aimablement" que si vous l'appelez en pensant qu'elle peut d'ores et déjà vous faire mal, c'était pas la peine de la déranger pour ça, bref, la petite leçon désagréable au tournant, que vous auriez pu vous épargner avec de la simple réflexion.
Le rituel avec la peur que ça ne marche pas ? Laissez tomber, il ne marchera effectivement pas. Juste pour ça.
Essayer de méditer en ayant peur de ne pas y arriver ? Là aussi, vaut mieux laisser tomber, parce qu'à moins de se calmer, la peur prendra le dessus et il sera impossible de méditer.

La peur est à écarter totalement de toutes pratiques ésotériques, sous pleine de les voir échouer, ou mal se passer.

La peur : Dans la vie.

Comme je le disais plus haut, ésotérisme mis à part, la peur est un frein à la réalisation de soi. Mais lorsqu'elle est affrontée et analysée, elle peut être vaincue, ou il nous est au moins davantage possible de passer par dessus, de ne pas l'écouter.

La peur, en fonction de nous, peut être paralysante. Je vais vous donner une image. Oui, j'aime les images, j'en ai pas eu assez quand j'étais p'tite.

Roger veut être auteur. Oui, il y a souvent Roger dans mes scénarios. Il écrit, seulement voilà. Il a peur. Et lorsqu'il analyse sa peur, si il prend bien entendu la peine de le faire, il découvrira que :

- Il a peur d'être jugé. Qu'on massacre son travail.
- Il a peur qu'on lui dise qu'il n'a pas de talent.
- Il n'a pas confiance en sa propre capacité à écrire.
- Il a peur de ne pas avoir plein d'idées, de n'être capable d'écrire qu'une seule histoire dans toute sa vie.

Et en réfléchissant bien, il se rendra compte que :

- Les critiques, pour ce que ça vaut, hein. Bref, on s'en fout, ça plaît à des gens et ça lui plaît à lui, c'est tout ce qui compte, point final.
- Pas de talent ? Stephen King s'est fait rembarrer plein de fois, avant qu'on accepte de le publier. On connaît le résultat. Encore une fois, le jugement de quelques uns ne font pas des vérités absolues. Roger n'est pas forcément King non plus, mais après tout, qui sommes nous pour prétendre le savoir ? Il y a peut être un génie sous le petit Roger qui a peur. Après tout, King existe bien, lui, c'est pas une hallu, que je sache.
- Pas de confiance ? Ça se travaille. Chercher donc pourquoi on a pas confiance. Qu'est-ce qui est à l'origine de cette si mauvaise opinion que Roger a de lui ? Bien souvent, la réponse est le début de la route vers la confiance en soi.
- Peur de n'écrire qu'un seul livre ? Dans les faits, rien n'assure qu'il n'y aura qu'un seul livre. Rien. Et quand bien même ? Il y en aura au moins un, et c'est toujours mieux que de crouler sous la peur et de ne pas en écrire du tout.

La peur est un sentiment qui n'est pas compliqué. Ce qui est compliqué à analyser parfois, c'est le chemin qui a mené à elle, et ce qui est difficile, c'est le chemin à parcourir pour l'affronter et passer au dessus, afin de s'accomplir. Elle est souvent issue de traumas, de séquelles passées, de non connaissances. Et la non réflexion ne fera que vous faire plier sous elle.
Hors, ce n'est pas une fatalité, la peur.  C'est un sentiment. C'est tout. Et un sentiment, ça se comprends, ça se domine. C'est difficile. Mais pas impossible.
Il faut se dire une chose : Cette vie là, là maintenant, nous voulons en faire quoi ? La passer à crouler sous la peur et mourir les yeux plein de larmes et le coeur bouffé par les regrets, ou réaliser nos rêves ? C'est à nous de voir....

 

UNE VIE SAINE ET COMBLEE AVEC LA SPIRITUALITE, C'EST ICI!!!

MAIL: propheteshalom1993@gmail.com

WEB: www.forceocculte.com

TEL: 00229 960 779 71